El Watan2

le laboratoire médias

Une semaine au Festival international de la BD d’Alger (1)

Le Festival International de Bande Dessinée d’Alger (FIBDA) est le rendez-vous incontournable des inconditionnels de la BD, des mangas et de l’animation, avec la promesse de belles découvertes pour les non-initiés. Dans sa cinquième édition, le FIBDA émigre à l’esplanade de Riad El Feth du 6 au 13 octobre. El Watan Week-end vous propose ses coups de cœur et ses découvertes tout au long de la semaine. 

Par Nesrine Sellal

 

Nawel Louerrad

La jeune caricaturiste Nawel Louerrad fait face au public au stand des éditions Dalimen où elle signe sa première bande dessinée Les vêpres algériennes. Nawel aborde la question identitaire dans un récit empli de finesse, de subtilité et de poésie. «Cela peut sembler banal parce qu’on est tout le temps dans cette question identitaire, mais j’essaie de l’aborder avec un contrepied personnel, et mettant au jour l’oppression identitaire et le rapport à la mémoire et  l’histoire », précise-t-elle tout en griffonnant des dédicaces.

 

Atelier d’initiation au film d’animation

Des passionnés de tous âges sont réunis autour du réalisateur et bédéiste Narcisse Youmbi qui anime un atelier d’initiation au film d’animation. Il revient aux origines de cet art et avance pas à pas dans le temps jusqu’à aborder les techniques les plus modernes. L’atelier représente aussi une véritable pépinière de jeunes talents, susceptibles de rejoindre l’équipe de Dynamic Art Vision. «C’est un des objectifs de ce FIBDA», déclare le réalisateur qui précise que le talent se travaille et que, souvent, une petite formation peut développer le potentiel d’un artiste débutant. Les participants accueillent la nouvelle avec enthousiasme et suivent attentivement conseils et astuce. Au terme de l’atelier, Narcisse a remarqué deux personnes au talent prometteur…

Live painting

Que les plus jeunes ne s’inspirent pas des artistes Salam Mahmoud et Hassan Menasera ! Les deux artistes jordaniens dessinent sur les murs de leur stand en direct face à un public attentif. Hassan Menasera explique que l’exercice n’est pas compliqué et que le plus difficile est de trouver l’idée : «Après, il s’agit de la développer et de l’appliquer.» Salem précise que l’autre difficulté est de rester concentré dans ce genre de conditions. C’est leur première visite en Algérie. «Nous avons rencontré les organisateur du Festival en Allemagne en juin dernier et ils nous ont invités à participer», raconte Salam.

 

Saïd Sabaou

Saïd Sabaou présente la suite des aventures de Amine Salmi, le jeune héros  turbulent et passionné de football de la bande dessinée Mondialé. «Dans ce numéro, Amine gagne en maturité et évolue dans le monde du football en devenant professionnel», explique le jeune bédéiste. D’où le titre de cette deuxième partie : L’Ascension. Le héros de la BD reste néanmoins fidèle à lui-même et garde son côté caractériel qui fait son charme. Il est plus que jamais passionné de football… au moins autant que l’auteur ! « Moi, j’élèverai le football au rang d’art», s’exclame Saïd.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le octobre 8, 2012 par dans En images, et est taguée , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :