El Watan2

le laboratoire médias

Découvrez les mots et le son d’HK et les Saltimbanks

Kaddour Haddadi, 36 ans, s’oppose à toutes les barrières. Celles entre les hommes –Français d’origine algérienne, il se définit avant tout comme citoyen du monde – et celles dans les têtes. Parolier, interprète, et maintenant auteur-poète, le leader du groupe HK et les Saltimbanks signe une autobiographie romancée, J’écris donc j’existe, aux éditions Riveneuve.

HK au Salon international du livre d’Alger

Pour vous, écrire a l’air tellement facile…

Pourtant, j’ai appris à écrire loin des bancs d’école, en tant qu’auteur-compositeur-interprète pour le groupe de rap Ministère des affaires populaires. Là, j’ai découvert le pouvoir des mots. Et puis j’ai eu envie de raconter des histoires et j’ai découvert une autre forme d’écriture.

 » Vous croyez que je suis né dans la rue ?  » Que sur le colis de la petite cigogne y avait pas d’adresse et qu’elle m’a laissé là, derrière l’église ? Moi aussi, j’ai eu une vie « normale », comme vous dites ! Une femme, des gosses, une voiture, un appart, des amis, un boulot, un patron, des crédits, des dettes, des fins de mois de plus en plus longues. La honte de rentrer à la maison… ça va vite, vous savez ! ? J’ai essayé mais j’y suis pas arrivé, c’est tout. On 
choisit pas, ça nous tombe sur la gueule. Comme au Loto, mais à l’envers. Et si ça s’trouve, un jour, c’est toi qui la raconteras cette histoire. Là, à ma place ! Tu vois ? Quand j’te dis qu’ça va vite ! Et voilà ! Tu fais plus partie du « projet ». T’as disparu. Invisible. Laissé pour mort.

Extrait de « Pierrot à la belle étoile »

En d’autres termes, vous dites que l’école n’a pas joué son rôle ?

Disons qu’il y avait un fossé entre la langue de l’école et celle du quartier. Un mélange de français, d’arabe, de verlan, de portugais… un peu tout et n’importe quoi. La «société» de l’école et celle de mon quartier, autour d’enfants d’immigrés, que je retrouvais le soir, c’était deux mondes parallèles ! J’ai appris à aimer les classiques plus tard, il m’a fallu tout un parcours… L’envie des mots est quelque chose qui ne se décrète pas et l’école n’arrive pas toujours à la susciter. Aujourd’hui, quand des enseignants me contactent pour me demander s’ils peuvent étudier des textes de nos chansons ou des petites nouvelles que je publie sur notre site, je suis très fier.

Est-ce que dans les mots que vous utilisez, il y a aussi votre rapport à l’Algérie ?

Mon rapport à l’Algérie a évolué. J’ai d’abord été nourri par l’histoire de mes parents. Par transfert, j’étais algérien. Au cours de mes séjours, le mythe de l’Algérie que j’avais idéalisée s’est effondré, mais je l’ai humanisée. A 18 ans, j’ai ressenti le besoin de m’affirmer comme Français. J’étais dans ma période : «Je suis français et je vous emmerde.» Aujourd’hui, je me revendique citoyen du monde. Je ne suis plus dans le patriotisme, je me positionne par rapport à des valeurs, dans une forme d’universalisme. En France, où on nous renvoie toujours à nos origines, cette clé me plaît bien.

La derja, ça vous parle ?

L’idée qu’une jeunesse trouve ses codes en dehors d’un cadre officiel, j’adore ça… Les mots qui partent de France vers le bled avec les jeunes qui partent en vacances, les mots d’algérien qui traversent la Méditerranée… Oui, ce sont eux qui font vivre le français. Après, je comprends que ces mots de «français cassé», trésors de créativité, offensent les puristes des deux côtés, les gardiens du temple. Moi, en tant qu’auteur-conteur, j’adore les blasphèmes linguistiques ! La langue, j’aime quand on la tord, quand on la tricote.

L’Algérie, grand pays francophone qui ne fait pas partie de la francophonie, qu’est-ce que ça vous inspire ?

Je fais partie de ceux qui veulent écrire une nouvelle page de l’histoire. Rejeter ce qui est lié au français était nécessaire à un moment donné pour faire table rase du passé. Mais aujourd’hui, l’Algérie est un pays adulte qui existe par lui-même. Même si je suis conscient qu’il y a encore du travail – des deux côtés – pour que la France et l’Algérie entrent dans un nouveau cycle, un nouvel état d’esprit.
BONUS

L’actu de HK et les Saltimbanks sur leur site
Mélanie Matarese

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le octobre 6, 2012 par dans Actu, Studio, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :