El Watan2

le laboratoire médias

Les 4 scénarios du rapt des humanitaires à Tindouf

Scénario n°1

Une frappe à l’ouest pour échapper à la pression à l’est :

D’après des sources militaires, les groupes terroristes auraient de grandes difficultés à se déplacer du sud de la Libye jusqu’en Mauritanie. D’une part, suite au renforcement du dispositif de l’armée algérienne qui a décrété la région frontalière Est «zone militaire». D’autre part, suite au renforcement du dispositif au Sud dans le cadre du Comité d’état-major opérationnel conjoint en collaboration avec l’Africom. Mais aussi suite à «la surveillance accrue de l’OTAN et le survol permanent des forces étrangères activant dans la région, notamment celles traquant Seïf El Islam El Gueddafi», nous renseigne un diplomate occidental. Conclusion : ces groupes terroristes seraient obligés de faire un détour en empruntant d’anciennes routes utilisées par les trafiquants et les contrebandiers pour atteindre la Mauritanie puis le nord du Mali, où est installé le QG de Mokhtar Belmokhtar. C’est ainsi que, d’après nos informations, des convois d’armement ont été interceptés dans la région d’Illizi. Dernièrement, à Ouargla aussi, des armes en provenance de Libye auraient été trouvées grâce à des informations obtenues de cinq terroristes capturés par les forces de sécurité algérienne. «Des groupes ont pu s’échapper, munis d’armes acquises en Libye et acheminées soit pour les maquis du Nord, soit pour la Mauritanie, en passant par la région d’Adrar ou bien par le Sahara occidental, où les forces marocaines concentrent leur attention sur la surveillance des Sahraouis. La zone sud du Sahara occidental frontalière avec la Mauritanie reste un no man’s land sans surveillance accrue.» Pour accélérer les achats d’armes en Libye, AQMI aurait besoin d’argent. D’où les kidnappings, puisque des pays continuent de payer des rançons pour la libération de leurs ressortissants.

Scénario n°2

Une instrumentalisation par le Maroc :

Les attentats de Marrakech d’avril dernier ont démontré que des groupes jihadistes affiliés à Al Qaïda peuvent «profiter des troubles dans la région et de la circulation des armes libyennes pour se ressourcer matériellement, nous informe un diplomate étranger. Une aubaine pour toutes les katibate et les groupes qui écument l’Afrique du Nord, qui ont reçu des instructions des chefs d’AQMI de s’armer par tous les moyens». Pour les Algériens, une machination marocaine pour affaiblir la position d’Alger n’est pas à exclure. D’abord parce que «Rabat a été exclu des groupes de travail et de discussions autour de la lutte antiterroriste au Sahel, perdant ainsi les éventuelles aides militaires européennes et particulièrement américaines. Sur ce terrain, l’Algérie a devancé le Maroc et est devenue l’interlocuteur privilégié des Occidentaux», nous explique un diplomate européen. Pour rappel, le Maroc, la Tunisie et la Libye n’ont pas été associés dans les discussions et les négociations sur la création du Comité d’état-major opérationnel conjoint regroupant la Mauritanie, le Mali, le Niger et l’Algérie, installé à Tamanrasset, dans le cadre de la lutte antiterroriste. D’autre part, parce que le Maroc a tout intérêt à convaincre l’opinion et la communauté internationales qu’il existe un lien entre AQMI et le Front Polisario. Enfin, sur le plan interne, à la veille du Mouvement du 20 février pour réclamer plus de démocratie, «le Maroc a également intérêt à détourner l’attention quant aux réformes politiques engagées par le roi Mohammed VI», nous précise un diplomate.

Scénario n°3

L’ouest, une route pour rejoindre la Mauritanie :

Les investigations menées récemment par les services de sécurité sur cinq membres du groupe terroriste de katibat Al Moulatamine, dirigé par le Mauritanien Ould Sidi Ali, auraient révélé qu’un important marché pour l’acquisition des armes a été conclu par ce dernier en Libye et que des attentats étaient planifiés dans la région de Ouargla. Le groupe terroriste serait venu de Tamanrasset avec l’appui des barons du trafic et de la contrebande au sud du pays, mais, en raison du déploiement massif des forces de sécurité, ne pourrait pas y retourner pour rejoindre le nord du Mali. Comme dans le scénario numéro un, la route de sortie passerait par l’ouest. Car la pression sécuritaire concentrée sur les frontières est quasi inexistante dans le désert.

Scénario n°4

Des terroristes en provenance de Mauritanie :

Les terroristes viendraient directement de Mauritanie. Il s’agirait de l’autre aile de katibat Al Moulatamine, bénéficiant de l’appui des groupes jihadistes mauritaniens. Ces groupes entretiendraient des «liens avec des éléments du Polisario, c’est ce qui explique que des terroristes ont pu atteindre les camps des réfugiés sahraouis de Tindouf sans être inquiétés ni par les Algériens ni par les Sahraouis», explique notre diplomate. Selon un militaire algérien «ces groupes n’auraient jamais pu atteindre les camps des réfugiés sans la complicité des éléments de la sécurité sahraouie et la collaboration des Marocains», révèle-t-il. Une phalange de katibat Al Moulatamine se serait rendue dans la région pour récupérer des armes acheminées de la Libye. Mais au cours de l’opération, ratée, ils auraient «profité de leur présence dans la région pour enlever des ressortissants étrangers et demander des rançons pour leur libération», assure une source sécuritaire. Ce scénario arrange les Marocains, qui pourraient ainsi intégrer le Cemoc et conforter ses thèses sur l’implication du Front Polisario dans le soutien à AQMI.

Par Zouheir Aït Mouhoub et Mélanie Matarese

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le octobre 27, 2011 par dans Actu, Infographies.
%d blogueurs aiment cette page :